Faire de l’agility avec son Berger Blanc Suisse

L’agility est une activité canine ouverte à tout chien de plus de 15 mois, LOF ou non, inscrit auprès d’un Club d’éducation Canine enregistré par la SCC.

Elle se définit comme un jeu consistant à faire franchir divers obstacles regroupés en parcours, sans laisse ni collier. Inspiré du saut d’obstacles équestre, cette discipline a été homologuée en France en 1988.
Différents niveaux sont proposés selon la taille du chien :

  • A= petites tailles;
  • B= tailles moyennes;
  • C= grandes tailles;
  • D= molossoïdes.

Les obstacles varient en technique et en difficulté, certains comportent même des zones délimitées sur lesquelles le chien doit impérativement poser les pieds sans quoi une faute lui est comptée (palissade, passerelle, balançoire…).

L’Agility paraît facile à pratiquer, mais il n’est pas rare de devoir attendre presque deux ans d’apprentissage avant de voir un chien enchaîner les obstacles sans hésitation. Une éducation précise doit être inculquée au chien, mais elle est uniquement basée sur le jeu et la confiance..

Certaines races de chiens présentent davantage d’aptitudes pour l’agility de par leur morphologie et/ou leur tempérament, notamment les races de bergers et certaines petites races (Spitzers, …), mais tous les chiens ayant suivi un apprentissage progressif et structuré apprécient cette occasion de « s’éclater » avec leur maître. Et les maîtres trouvent dans ce système d’éducation ludique un moyen des plus efficaces d’obtenir un chien réceptif aux ordres.

Le Berger Blanc concourt en catégorie C, et son atout sur le terrain pourrait être une battue de foulées très grande (pas loin de 3 à 4 m en pleine course !!!) qui oblige son maître à suivre à grande vitesse sous peine de se voir dépassé, où à canaliser l’énergie débordante de son chien, ce qui en soit est loin d’être évident lorsque le chronomètre est en jeu et que l’enthousiasme gagne…

De plus en plus nombreux sont les clubs canins proposant cette activité en parallèle d’une éducation traditionnelle de groupe pour les chiens souvent trop turbulents pour rester longtemps à l’écoute de leur maîtres.

Une fois qu’il a compris ce qu’attendait son maître, le Berger Blanc est extrêmement attentif sur les parcours, et plusieurs maîtres déjà se sont lancé dans les épreuves officielles d’agility avec leur Berger Blanc, ce qui ne cesse de déclencher questions, curiosité, et intérêt du public pour ces chiens magnifiques et joueurs, que l’on n’a malheureusement pas l’habitude de rencontrer sur les terrains.

Les différents obstacles

Le tunnel : le chien doit passer seul dans un cylindre rigide ou souple plus ou moins long, le maître devant rester à l’extérieur.

Le pneu :

La table : le chien doit y monter et exécuter pendant 5 secondes des ordres tels que « assis », « debout » ou « couché »

La palissade : obstacle possédant deux pans inclinés que le chien doit escalader puis descendre sans sauter.

La passerelle : planche située à plusieurs dizaines de centimètres du sol sur laquelle le chien doit passer, le maître devant rester à côté.

Le slalom : il est constitué de plusieurs piquets plantés à distance égale autour desquels le chien doit slalomer.

La balançoire : il s’agit d’une planche qui bascule dès que le chien en franchit le milieu.

Le saut de haies :

Le mur :

We will be happy to hear your thoughts

Leave a reply